L’architecte Nadia Moussa sera honorée le 15 juin par le Conseil régional de l’ordre des Architectes Réunionnais (CROAR)

L’architecte Nadia Moussa sera honorée le 15 juin par le Conseil régional de l’ordre des Architectes Réunionnais (CROAR) avec une mention particulière pour sa réalisation du Centre d’imagerie médicale du Dr Soimihi, route de la Corniche à Moroni
A ma connaissance c’est la première fois qu’ une institution réunionnaise honore l’œuvre d’un-e professionnel-le comorien-ne

Félicitations à Nadia Moussa. Il y a de quoi être fier pour ses collaborateurs, ses partenaires, ses clients, sa famille, ses amis et ses admirateurs. Elle le mérite pleinement. Je suis d’autant fier qu’il y a 2 ans, presque jour pour jour, j’ai organisé au nom de la FCC, pour Nadia Moussa et Najmat Rosinel de Vaya Lesso, une cérémonie de remise de trophée pour leurs œuvres. C’était à l’Assemblée Nationale Française, avec la participation d’élus et de hauts fonctionnaires français. Je re—publie les photos afin d’associer les amis comoriens que j’avais invités, à la joie et à la fierté de cette nouvelle reconnaissance du talent de Nadia. J’avais fait un forcing pour honorer Nadia et Najmat dans le Palais où se font les lois de la France, parce que je suis convaincu, que leur talent est du niveau de ceux qu’on applaudit dans les grands cénacles mondiaux. Il manque à nos talents de haut niveau d’être reconnus, encouragés et soutenus.

Je ne pourrais malheureusement pas me rendre à Saint-Denis pour l’applaudir. Le CROAR l’a invitée à se faire accompagner de 2 personnes dans la cérémonies et le dîner. Elle connait peu la Réunion et ne compte qu’une connaissance, une cliente, qu’elle invitera. Elle m’a écrit pour lui recommander la deuxième personne à inviter.

Avec l’ami Soilihi Hakime, je n’ai pas eu à m’interroger plus d’une seconde. Professeur d’arts plastiques, en poste à la Réunion, ce passionné d’art est, à lui tout seul, une académie des cultures du monde. A son érudition, s’ajoute un amour du travail bien fait, et un coup d’oeil de maître artisan. L’année dernière, en vacances à Moroni, il avait animé un atelier d’initiation à la calligraphie chinoise chez LuLu.

Amis de la Réunion, prenez contact avec Soilihi Hakime pour savoir si, durant le temps très court que Nadia Moussa dispose, vous pouvez la voir pour discuter architecture, esthétique, normes, construction dans l’archipel et en France. Ses collègues architectes en France, comme ses clients publics et privés des 2 hémisphères soulignent la qualité fonctionnelle des ses bâtiments. Elle exerce à Paris et à Moroni. Elle a signé des réalisations dans les 3 îles. Malgré le peu de cas, que font les autorités du respect des normes et la corruption, elle s’entête à maintenir des activités aux Comores. Elle n’hésite pas à abandonner un contrat, si le client public ou privé, persiste à ignorer les normes de sécurité.

Bravo à Mme Nadia Moussa épouse Mohamed Issa.

Message du CROAR à Nadia Moussa
« Le CROAR a décidé d’octroyer un prix d’ encouragement hors concours, pour susciter une envie d’architecture, pour faire parler d’architecture également. Nous avons donc choisi ta réalisation de centre d’imagerie médicale. C’est un prix qui te revient, en tant qu’architecte, mais aussi un prix qui revient aux Comores dans son ensemble ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *